General San Martín

Le militaire José Francisco de San Martín, né dans le village argentin de Yapeyú en 1778, a joué un rôle de premier plan dans la lutte contre les forces napoléoniennes en raison de sa participation à la bataille de Bailén.

Le « Père de la Patrie », comme il sera surnommé en Argentine, a combattu dans la campagne Afrique, au cours de différentes actions dans le sud de l’Espagne, à Gibraltar et Cadix, jusqu’à ce qu’en 1808 il soit promu, devenant le capitaine du régiment de Bourbon.

Il deviendra Lieutenant-colonel pour sa participation à la bataille de Bailén, il fut aussi décoré de la médaille d’or.

En 1812, San Martín retourna à Buenos Aires, où il fut chargé de la création du Régiment des grenadiers à cheval, qui porte aujourd’hui son nom. Il a ensuite dirigé l’Armée du Nord, où il a conçu son plan pour l’émancipation sud-américaine.

Nommé gouverneur de Cuyo, basé dans la ville de Mendoza, il a lancé son projet, déclarant l’indépendance du Pérou en 1821. Peu de temps après, il a rencontré Simón Bolívar à Guayaquil, et après un bref entretien, il lui a cédé son armée avec l’objectif de terminer la libération du Pérou. San Martín est parti pour l’Europe, où il est décédé le 17 août 1850.